Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 715. La réunion (2)

Aujourd'hui, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Selena, tu as quelque chose à dire ?
Au fond de la salle, James Peyton observait la jeune téméraire, le souffle coupé.
Comme la jeune fille ne bougeait pas, Jack continua :
- Je sais que tu es une fille intelligente, si tu as quelque chose à dire, viens le dire, je t’en prie.
Nellie se leva et intervint.
- Ma fille n’a rien à vous dire, M’sieur Peyton. Laissez-la tranquille, c’est qu’une pauv’ gamine.

Episode 715. La réunion (2)

Selena Cross se sentit soudain stupide, plantée au milieu de ces personnes qui se chamaillaient. Elle s’en voulut soudain d’avoir été aussi impulsive.

Qu’allait-elle faire maintenant ?

Elle avait les jambes qui flageolaient et elle se serait bien laisser choir sur son siège, mais le regard insistant de l’assemblée sur elle la tétanisait au point qu’elle ne pouvait plus bouger.

Jack regarda Selena droit dans les yeux.

- Selena, tu as quelque chose à dire ?

Au fond de la salle, James Peyton observait la jeune téméraire, le souffle coupé.

Comme la jeune fille ne bougeait pas, Jack continua :

- Je sais que tu es une fille intelligente, si tu as quelque chose à dire, viens le dire, je t’en prie.

Nellie se leva et intervint.

- Ma fille n’a rien à vous dire, M’sieur Peyton. Laissez-la tranquille, c’est qu’une pauv’ gamine.

Cette interruption en était trop pour Selena. Elle sentit la colère monter en elle et soudain, la force revint dans ses muscles. Elle se tourna vers sa mère et dit :

- Tais-toi, Maman !

Le ton était autoritaire. Nellie en fut la première surprise. L’imposante mère de Selena vit que tous les yeux étaient fixés sur elle et sa fille, si bien qu’elle préféra ne pas en rajouter et se rassit.

- Selena…, insista Jack.

La jeune habitante de Grave Street sentit le regard bienveillant et encourageant de son amie Colleen sur elle.

Elle fit un pas de côté, passa devant la jeune Peyton et se retrouva dans l’allée.

Il était trop tard pour faire machine arrière. Les habitants de Grave Street, comme les autres, attendaient de savoir ce que ce bout de femme avait à dire.

Selena parvint à l’estrade. D’abord déterminée. Mais lorsqu’elle se retourna et vit toutes les paires d’yeux sur elle, elle hésita. Puis finalement se lança.

- Pour ce qui ne me connaisse pas, je m’appelle Selena Cross, et je suis une habitante de Peyton Place. Comme vous tous ici.

Elle désigna les habitants de Grave Street et les autres.

- Nous vivons dans la misère. J’ai longtemps caché à mes camarades de classes que j’habitais dans le ghetto de la ville. Mais à présent, tout le monde le sait.

James baisse les yeux, sachant que c’était sa faute.

- Mais ça ne fait rien, poursuivit Selena. Je suis née à Grave Street, c’est la seule maison que je n’ai jamais connue. Je ne l’aime pas. Mais c’est ma maison. Je dois assumer ma situation.

Elle se tourna vers Ada Jacks.

- Madame Jacks, je comprends vos inquiétudes. Devoir payer plus d’impôts pour une bande de saoulards, c’est injuste. Mais n’oubliez pas, Madame Jacks, qu’il n’y a pas que des alcooliques à Grave Street. Il y a des gens qui travaillent durs, qui se tuent à la besogne pour gagner de quoi faire manger leurs enfants. 

Elle s’interrompit un instant, avant de reprendre.

- Et il y a les enfants, Madame Jacks. De l’âge de votre petit-fils Samuel. Ils n’ont rien demandé. Ils n’ont pas demandé à vivre dans ce monde. Ils sont innocents, et malgré tout on les compte parmi les coupables. Mon…

Sa voix se fit chevrotante.

- Mon petit frère Joey, que j’aime par-dessus tout, n’a droit qu’à un seul repas par jour. Le soir, il s’endort sur un simple matelas dur comme du bois, le ventre vide et ses larmes sur ses joues. Il se réveille le dos en bouillie.

Selena essuya ses yeux.

- Et pourtant dans la journée, c’est un petit garçon normal. Il rit comme les autres enfants, joue au même jeu et… et le soir, je l’entends prier Dieu et le remercier pour la journée qu’il vient de passer. Une journée où il n’a pas mangé à sa faim… une journée où il a fait un nouveau trou à son pantalon, sachant qu’il faudra attendre de longs mois avant d’en avoir un autre en remplacement… une journée où il n’aura pas cessé de tousser parce qu’il a pris froid sans pull en laine pour le protéger.

De grosses larmes coulaient sur les joues de Colleen. Bouleversée, Ada fixait la jeune fille, les yeux humides.

James, de son côté, était fasciné par la scène. Il n’avait d’yeux que pour Selena. Son cœur se serrait davantage à chaque mot qu’elle prononçait.

Selena continua :

- Madame Jacks. Pour Joey et pour tous les autres enfants de Grave Street qui n’ont pas demandé à vivre dans cette misère, vous ne croyez pas qu’il serait temps de faire un effort ? Je ne vous demande pas la charité, je ne vous demande pas d’argent, mais un peu de compréhension et d’entraide. C’est ce qui nous manque à tous.

Selena se tourna maintenant vers ses semblables. Le ton se fit plus dur.

- Quant à vous, habitants de Grave Street, il serait temps de vous réveiller ! Regardez-vous un peu ! Vous êtes des loques ! La plupart d’entre vous ne pensent qu’à boire et se lamenter sur sa condition. Vous vivez dans la misère en mettant la faute sur les autres. C’est trop facile. Arrêtez donc de macérer votre haine et votre misère dans des verres d’alcool. Vous avez des enfants. Pensez à leur avenir, soyez plus responsables au lieu de vous comporter comme des gamins.

Un homme se leva. De longs cheveux gras débordaient d’un chapeau crasseux.

- Selena, tu comprends pas une chose : on veut pas nous donner de travail.

- T’es-tu demandé pourquoi, Jimmy ?

- On nous fait pas confiance.

- Madame Carson me fait confiance. Ca fait des années que je travaille au magasin. Regarde-toi, tu as l’air d’un mendiant. Et après tu t’étonnes que personne ne veut t’embaucher.

- Je suis pas un mauvais bougre, Selena. Tu le sais.

- Je le sais, Jimmy. Mais celui qui doit t’embaucher ne te connais pas. Il ne sait pas qui tu es. Et lorsqu’il te voit avec le visage sale, tu ne lui inspire pas confiance.

Jimmy baissa les yeux. Selena termina en s’adressant à tous.

- Je vous demande une chose toute simple : comprenez-vous les uns les autres. Apprenez à vous connaître. Faites des efforts chacun de votre côté et tout se passera beaucoup mieux.

Ada se leva.

- Samuel grandit à vue d’œil. Rita m’a dit que ses vêtements de l’année dernière ne lui allaient déjà plus. Je vais les voir à Boston la semaine prochaine. Il y aura sans doute des piles de vêtements chauds dont elle voudra se débarrasser.

Maggie Carson se leva à son tour.

- Tous les deux jours, je jette des fruits et des légumes que je n’arrive pas à vendre. Ils sont encore bons, alors si quelqu’un veut bien se charger de les amener à Grave Street…

Jack s’approcha de Selena et lui prit la main. Une occasion de la remercier. Grâce à elle, le pire a été évité.

Un autre homme se leva et se tourna vers Jimmy.

- J’ai du bois à ramasser et à couper pour l’hiver. Je manque de bras. Jimmy, tu es musclé. Tu pourras faire du bon boulot.

- Et en plus, t’auras pas besoin de te laver les cheveux, cria l’homme édenté qui, plus tôt, avait réclamé une citerne de vin.

Tout le monde éclata d’un rire franc, tant du côté des habitants de Grave Street que de l’autre clan. L’atmosphère s’était considérablement détendue.

- Merci, Selena, glissa Jack à l’oreille de la jeune fille.

 

La salle était maintenant vide. Un employé pliait et rangeait les chaises.

Sur l’estrade, Jack rassemblait les fiches de son discours. Di Santos était à ses côtés.

- Vous devez une fière chandelle à cette jeune fille, vous savez. Sans elle, la réunion aurait fini en pugilat.

- On a marqué un point, Cruz.

- On peut dire ça, oui. Mais la guerre n’est pas encore gagnée. Disons que cette journée a été bénéfique. Même si vous n’avez pas fait grand-chose pour ça, la jeune fille de Grave Street vous a sauvé la mise.

Cruz s’en alla.

Jack allait en faire de même lorsqu’il entendit des pas résonner dans l’allée. Il leva les yeux et fut surpris de découvrir James qui s’approchait.

- Alors, fiston. Qu’est-ce que tu comptes écrire dans ton prochain édito ?

- Un portrait de Jimmy Carter et Ronald Reagan… Le monde ne tourne pas autour de toi, Jack.

- J’avais pourtant eu cette impression en lisant les dernières éditions de ton journal. Tu n’es pas là pour me parler des prochaines présidentielles, n’est-ce pas ?

- Non, je suis venu te demander si tu étais d’accord pour m’accorder une interview.

Surpris, Jack haussa les sourcils.

- Est-ce que j’ai bien entendu ?

- Libre à toi de refuser.

- Je ne serai pas censuré ? Je pourrais dire ce que je veux ? Tu ne vas pas déformer mes propos ?

James soupira.

- J’ai donc si mauvaise réputation ?

- Franchement… oui, dit doucement Jack.

- Il n’y aura aucune interprétation de tes propos. Mais attends-toi à avoir des questions plutôt embarrassantes.

Jack haussa les épaules.

- C’est la règle du jeu et je l’accepte.

- Demain 10 heures au Clarion ?

- D’accord. Mais dis-moi, qu’est-ce qui t’as décidé à venir me voir pour me proposer une interview ?

- Maman. Elle… disons qu’elle m’a remis un peu de plomb dans la cervelle. Je crois que j’en avais besoin.

Jack fronça les sourcils et plaisanta :

- Qui que vous soyez, sortez du corps de mon fils !

James osa un timide sourire.

- Mais attention, je n’ai pas changé d’avis te concernant. Je pense toujours que tu es prêt à tout pour avoir tous les pouvoirs.

- J’en prends bonne note, fiston.

Une fois James partit, Jack se frotta les mains. Il avait prévu une journée catastrophique... Finalement, elle a été plutôt bonne.

 

A SUIVRE...

Mardi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- Paula, il y a des gens bizarres.
- Ils ne sont pas bizarres. Ce sont des habitants de Grave Street.
- Mais que font-ils ici ? D’ordinaire, un médecin se déplace chez eux.
- Tu n’as pas assisté à la réunion de la mairie ?
- Non, j’étais de garde. Tu dois le savoir, c’est toi qui contrôle le planning.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Marie A 21/12/2014 22:25

Bravo Selena !!!!
Comme tu disais, c'est un peu le conte de Noël de cette année. Comme une soupe au caillou d'aujourd'hui...

Mr. Peyton 22/12/2014 17:41

Je pense qu'elle a de l'avenir dans cette fiction, la petite Selena ;-)