Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
L'Univers de Peyton Place - Fanfictions

Episode 702. Un dîner presque imparfait

Aujourd'hui, dans les "Plaisirs de l'Enfer"...

Lisa haussa les sourcils.
- Je veux simplement dire à Selena que les rêves ne peuvent pas tous se réaliser et qu’il ne faut pas attendre de cadeau de la vie, surtout pour…
Elle s’interrompit, soudain gênée.
Selena se redressa :
- … pour une fille dans mon genre, c’est ce que vous vouliez dire ?

Episode 702. Un dîner presque imparfait

- Mary !!

Stressée, Lisa Peyton sortit de l’office. Cette gouvernante allait lui donner des cheveux gris avant l’âge !

Lisa n’avait jamais réussi à comprendre pourquoi Jack gardait cette femme à son service. Et encore bien moins pourquoi il l’avait repris après son départ.

Elle chercha Mary dans toutes les pièces, pour finalement la trouver dans la salle de réception où était dressée la table du déjeuner préparée en l’honneur du départ de Gary.

- Je vous cherchais partout !

- Eh bien, je suis ici.

- Ça fait dix minutes que je vous appelle !

- Je ne dirais pas « appeler », mais plutôt « crier ». Et je déteste qu’on crie après moi, vous devriez le savoir.

Lisa ne releva pas la remarque. Inutile d’entrer dans une conversation stérile à n’en plus finir. Elle alla droit au but.

- J’avais demandé du turbot en entrée. Et je vois que la cuisinière prépare une soupe de palourdes.

- Il se trouve que le poissonnier n’avait plus de turbot. Il m’a proposé du merlan à la place. J’ai préféré faire la soupe de palourde.

- Vous auriez pu pousser plus loin que le poissonnier. Je ne sais, moi ! Aller jusqu’à Whiter River, ou même Boston pour trouver ce poisson ! C’est votre job de veiller à ce que tout ce passe bien.

- Madame Peyton, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de turbot au dîner que tout va forcément mal se passer. Apprenez à relativiser.

- Et vous, apprenez à obéir.

- J’obéis à celui qui signe mes chèques à la fin du mois. Et ce n’est certainement pas vous !

Lisa pinça les lèvres, en colère.

- Vous n’êtes qu’une…

Elle s’interrompit. Mais Mary la fixa du regard et l’encouragea à continuer :

- Une quoi ?

- Une sorcière ! Voilà ce que vous êtes : une sorcière.

Colleen et Gary déboulèrent ensemble dans la salle.

- Tiens justement, voilà Hansel et Gretel, railla Mary.

Elle s’approcha de Lisa et, dans un ton faussement confidentiel, lui dit :

- Je vais allumer le four.

Puis elle quitta la pièce d’un pas nonchalant.

 

Jack Peyton sortit de sa chambre, au premier étage de la demeure, l’air contrarié. Il n’avait pas encore digéré l’article que James avait fait à son sujet dans le Clarion.

Il avait en effet repris les affaires de la vieille Van der Blint à AD, mais il ne se sentait absolument pas coupable pour autant. Les affaires sont les affaires.

Betty et Paula avaient créé une société immobilière dans l’unique but de le concurrencer. C’était de bonne guerre. Sauf que derrière tout ceci se cachait de l’amertume. Betty et Paula ne supportaient pas de voir Jack réussir dans tous les domaines. Ce qu’elles avaient espéré, c’était le contrecarrer dans ses projets. Et elles venaient de perdre cette guerre.

James devait être préoccupé par le sort de sa mère, et Jack trouvait cela normal. Désormais sans emploi, Lisa allait devoir se trouver un nouveau travail. Lisa payait un loyer pour habiter ici. Mais il n’était pas dans l’intention de Jack de la mettre à la porte. Il se gardait cependant bien de le lui dire. Lisa pourrait alors se reposer sur ses lauriers et se sentir comme la maîtresse de maison. Il fallait qu’elle comprenne qu’elle n’était qu’une invitée ici.

Jack s’apprêta à descendre les escaliers pour rejoindre ses invités lorsqu’une nouvelle contrariété surgit : Lisa montait les marches, visiblement secouée.

- Jack, il faut que je te parle.

- Pas maintenant, Lisa !

- C’est au sujet de Mary, elle…

Jack secoua la tête en fronçant les sourcils.

- … fiche-moi la paix avec Mary !

- Elle me manque de respect.

- Ecoute-moi bien, Lisa. Je me fiche bien qu’elle te manque de respect. Je me fiche de tes états d’âmes et je me fiche de Mary. Si tu as des problèmes avec elle, tu les règles toute seule. Tu n’as pas besoin de quelqu’un pour te tenir la main.

Il passa devant Lisa et descendit les marches des escaliers, laissant son ex-belle-sœur stupéfaite en haut des marches.

 

Assis en bout de table, Jack observait ses invités à tour de rôle.

Gary se goinfrait, comme à son habitude. Il avalait des bouchées de viandes sans donner l’impression de les mâcher. C’était impressionnant.  Jack se demandait toujours comment il faisait pour garder la ligne.

Sa petite amie, à côté de lui, n’osait pas ouvrir la bouche. Elle semblait terrorisée par les gens qui l’entouraient.

Jack décida de l’encourager en lui posant une question. « Dites-moi, Joan, où allez-vous étudier à la fin de votre année de collège. Vous avez déjà une université en vue ?

La jeune fille piqua à un phare sans que Jack en comprenne la raison. Colleen se mit à pouffer.

Jack, l’air interrogateur, se tourna vers sa nièce. « Quoi, j’ai dit quelque chose qui ne fallait pas ?

- C’est rien, Oncle Jack, répondit Gary. C’est juste qu’elle, c’est Erica, pas Joan.

Colleen expliqua à son oncle : « Joan, c’était celle de la semaine dernière.

Gary lui décrocha un regard noir. « Toujours aussi diplomate !

Le dîner se poursuivit et Colleen monopolisait la conversation, parlant de la rentrée des classes et de son avant-dernière année de collège.

- Je vais postuler pour entrer à Stanford dans deux ans.

Jack se tourna vers Selena.

- Et toi, Selena. Tu comptes aller dans quelle université ?

Lisa pouffa. Jack se tourna vers elle.

- Quelque chose ne va pas ?

- Non… c’est que… enfin Jack, tu embarrasses cette pauvre Selena en lui posant cette question.

Jack haussa les épaules.

- Je ne vois pas pourquoi.

- Mais enfin, cette pauvre fille ne peut pas postuler pour entrer dans une Université privée.

Son regard se tourna vers Selena.

- Je suppose qu’après ton diplôme, Maggie Carson t’embauchera à temps complet au magasin. Tu as un avenir tout tracé.

Jack vit Selena fulminer.

- Je compte aller à l’Université, Madame Peyton, dit-elle d’une voix déterminée.

Jack sourit. Selena Cross n’avait pas froid aux yeux. Il aimait beaucoup cette gamine. Parce qu’elle était intelligente et avait du caractère. Et il était persuadé qu’avec ses deux qualités là, elle allait réussir sa vie et se sortir de la misère.

- Et tu te destines à quoi ?, demanda-t-il.

- J’aime lire et écrire. Je pense que j’irais dans une branche littéraire.

Lisa se mit à rire.

- Enfin, Selena. Sois réaliste. Une branche littéraire ? Il faut être très doué pour se lancer ce genre de défi.

- Laisse-là tranquille, Maman, intervint James.

Jack perçut aussitôt quelque chose de changé dans le regard de Selena. Elle fixa du regard James, comme si elle n’en revenait pas qu’il ait pris sa défense.

Jack avait déjà remarqué une certaine forme d’admiration de Selena pour James. Mais là, la jeune fille venait de se trahir. Jack commençait à croire que Selena était amoureuse de son fils.

Lisa haussa les sourcils.

- Je veux simplement dire à Selena que les rêves ne peuvent pas tous se réaliser et qu’il ne faut pas attendre de cadeau de la vie, surtout pour…

Elle s’interrompit, soudain gênée.

Selena se redressa :

- … pour une fille dans mon genre, c’est ce que vous vouliez dire ?

Lisa baissa le regard vers sa soupe de palourde et dévia la conversation en soupirant :

- J’en ai vraiment plus qu’assez de la soupe de palourdes, c’est à croire qu’on ne sait rien cuisiner d’autre en Nouvelle Angleterre.

- Moi, j’adore ça, dit Gary en émettant un rot.

La tablée se mit à rire. Bien malgré lui, Gary avait détendu l’atmosphère.

Un peu plus tard, James s’adressa à Selena.

- J’ai pris des cours de création littéraire avant de devenir journaliste. Je pourrais t’aider si tu le souhaites. Te donner des tuyaux, ou encore des adresses.

Le regard de Selena s’illumina.

- Ce serait formidable, en effet.

Durant le reste du dîner, Jack surpris quelques regards en coin entre Selena et James.

Il eut alors un déclic. Son esprit turbinait et concevait un plan. Un plan qui, s’il fonctionnait, allait priver James d’écrire des saletés sur lui dans son journal.

A la fin du repas, Jack regarda sa montre.

- Il se fait tard. Je n’aime pas savoir Selena repartir seule dans la nuit chez elle.

Colleen faillit bien contrecarrer les plans de son oncle.

- Elle peut rester ici cette nuit.

Mais fort heureusement pour Jack, Selena intervint :

- Oh, non. J’ai déjà eu beaucoup de mal à convaincre ma mère de me laisser venir à ce dîner. Elle n’aimerait pas que je reste.

- Elle a raison, dit Lisa. Et puis, tu dois t’occuper de ton frère, il me semble ?

Jack ne laissa pas la conversation se poursuivre davantage.

- Bien, dit-il. James, tu pourrais raccompagner Selena chez elle ? Je me sentirais plus rassuré de la savoir avec toi pendant le trajet.

 

A SUIVRE...

Vendredi prochain, dans "Les Plaisirs de l'Enfer"...

- En travaillant au Central Store, je suppose que tu mets de l’argent de côté.
Selena secoua la tête, soudain contrariée.
- Vous n’avez aucune idée de ce que mon salaire représente pour ma famille. Dans votre monde, un jeune travaille pour se payer une belle voiture, ou encore des vacances. Moi je travaille pour donner à manger à mon frère et ma mère.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Marie A 07/11/2014 16:13

A l'unanimité du comité de lecture, cet épisode est élu *Episode de l'Année* !
Tout ce qu'on aime, et plus encore !
L'incomparable sens de répartie de Mary ; Jack qui s'apprête à faire le bien, (même si c'est pour un prétexte égoïste) ; un petit jeu de séduction... et une Lisa toujours aussi vipère...
Merci :-)

Mr. Peyton 08/11/2014 06:55

Eh bien, devant de tels compliments, je ne sais plus quoi répondre.
Ma réponse tiendra donc en un mot, sincère et tapé avec émotion sur le clavier : Merci !!! ;-)